ghouse_017aTous les anciens tapis et papiers-peints ont été enlevés au cours du projet de rénovation de 1999. De nouveaux tapis ont été installés dans le Grand escalier, la couleur choisie reflétant le bleu principalement utilisé dans la frise qui entoure le puits de lumière.

  • On a enlevé les tapis usés qui recouvraient les planchers en bois dur dans le hall d’entrée et le hall principal. Les planchers de chêne du Manitoba, qui datent des années 1920, ont été restaurés pour leur redonner leur fini original. Des petits tapis permettent d’ajouter beauté et couleur aux halls.

Le nouveau revêtement mural comprend un dessin traditionnel qui remonte aux premières utilisations des revêtements muraux. L’escalier élégant en chêne, qui rejoint en courbe le deuxième étage, a été rénové et toutes les boiseries existantes dans les couloirs ont été repeintes pour rehausser le nouveau revêtement mural.

Fauteuil d’angle (autour de 1880-1890) noyer ébéné (dans le vestibule extérieur).

  • Petite chaise près de l’horloge (autour de 1910-1915) chêne et autres bois; manufacturée.
  • Horloge comtoise – Un des meubles installés à l’origine dans la résidence du lieutenant-gouverneur, cette horloge d’acajou a été fabriquée en Angleterre vers 1870 ou peut-être un peu plus tard. Elle est de type
    « Westminster Eight Bells ». Bien qu’un grand nombre de ces horloges aient été fabriquées en Angleterre vers la fin du 19e siècle, il s’en trouve très peu au Canada. Elles sont très grandes, très lourdes et difficiles à entretenir. Elles se caractérisent par le dessin au haut du cadran qui se déplace de pair avec la lune. Les balanciers en bronze massif sont si lourds que, si on les laissait tomber, ils traverseraient le plancher. La qualité de sa construction indique que cette horloge remonte à une autre époque. On n’en trouve plus aujourd’hui. Vu qu’il existe très peu d’horlogers qualifiés aujourd’hui, il est difficile de trouver quelqu’un capable d’en faire l’entretien.
  • Garde-robe – Beau meuble de style début de l’époque victorienne, en noyer ordinaire et ronceux cerné de crochets en acier forgé à la main. Vers le milieu des années 1970, on l’a rendue plus profonde de façon à pouvoir y accrocher des manteaux.
  • Deux chaises qui flanquent l’entrée en arcade (autour de 1910-1915) en chêne sculpté.
  • Piédestal (autour de 1905-1910) de style Empire sur lequel se trouve un buste de la reine Victoria.
  • Grandes chaises à dos élevé (autour de 1880-1890) en noyer ébéné, à visages et têtes de lion sculptés à la main.
  • Buffet bas (autour de 1840-1860) en noyer ordinaire et ronceux. Le dos original, qui avait probablement une forme décorative et se trouvait à au moins trois pouces au-dessus du corps du buffet, a été enlevé et remplacé par un dos plus bas. Notez les divers dessins des fruits taillés à la main.
  • Tableau de bison peint par Frederic Verner – Trouvé dans la tour du drapeau par le fils du lieutenant-gouverneur Errick Willis (1969-1975), il a dû être nettoyé et restauré. Il a été peint par Frederic Verner.
  • Petite table de l’époque victorienne en noyer – comporte une pièce chantournée typique du début de cette époque. La grande table, qui date de la fin de l’époque victorienne, se distingue par des dessins ciselés sur le cadre et les pieds. Pour graver (tracer en creux sur une matière dure), les artisans se servaient alors de nouveaux outils.