L'honorable Joseph Edouard Cauchon
L’honorable Joseph Edouard Cauchon
Archives of Manitoba: Cauchon, Joseph E. 1 (N19153)

Mandat : du 8 octobre 1877 au 29 septembre 1882
Naissance : le 31 décembre 1816 à St. Rochs (Québec)
Décès : le 23 février 1885 à Whitewood (Territoires du Nord-Ouest)

  • Études au Séminaire de Québec, journaliste et rédacteur de Le Canadien en 1841, fondateur du Journal de Québec en 1842; admission au barreau de la province du Bas-Canada en 1843, sans exercer toutefois sa profession d’avocat.
  • Maire de Québec pendant quelques années.
  • Membre de l’Assemblée du Canada de 1844 à la Confédération, commissaire des Terres de la Couronne du Canada de 1855 à 1857, et commissaire des Travaux publics en 1861-1862.
  • Élection par acclamation en 1867 à la fois à la Chambre des communes et à l’Assemblée législative du Québec.
  • Invitation à former un gouvernement provincial à Québec en 1867, mais n’est pas en mesure d’obtenir un soutien suffisant à l’Assemblée législative.
  • Démission de la Chambre des communes en raison de sa nomination au poste de président du Sénat en novembre 1867.
  • Démission du Sénat en juillet 1872 et retour à la Chambre des communes lors des élections générales.
  • Démission de l’Assemblée législative du Québec en 1872, car il est accusé de conflit d’intérêts (propriétaire d’un asile de malades mentaux qui bénéficie d’un contrat gouvernemental), puis réélection par acclamation à l’Assemblée législative où il demeure jusqu’en 1874.
  • Réélection par acclamation à la Chambre des communes en 1874 et nomination au poste de président du Conseil privé de 1875 à 1877, puis de ministre du Revenu de l’intérieur en 1877.
  • Démission de la Chambre des communes en 1877 pour accepter sa nomination au poste de lieutenant-gouverneur du Manitoba. Sa nomination fait l’objet de vives contestations au Manitoba et dans l’est du Canada, car d’après l’opinion publique, sa conduite antérieure et son ambition démesurée le rendent inapte à occuper ce poste vice-royal.
  • Prend une part très peu active dans les dossiers de la Province, préférant traiter des affaires sur le marché privé de l’immobilier. Vit en recluse dans l